Sainte-Flavie d'aujourd'hui...

 

Petite municipalité longeant le Fleuve Saint-Laurent, Sainte-Flavie se situe aux portes de la Gaspésie, à la croisée des chemins menant à la Péninsule gaspésienne et à la Vallée de la Matapédia. Érigée civilement en 1835, la municipalité compte maintenant un peu moins de 1000 habitants. Sur les seize localités de la MRC de La Mitis, Sainte-Flavie est la sixième plus importante en population. Elle est étendue sur deux rangs et a une superficie de 38 kilomètres carrés.

Capture promenadeEn parcourant la route de la Mer, vous pourrez visiter de nombreuses galeries d'art, admirer des bâtiments patrimoniaux ou profiter des restaurants gastronomiques. Sainte-Flavie s'anime pour vous. À bâbord, le fleuve, son doux tumulte, sa brise saline qu'un vent parfois frisquet charrie. À tribord, un spectacle tout à fait différent : maisons au charme d'antan, champs de blé, montagnes et verdure.


Sainte-Flavie est riche en patrimoine. En quelques pas, vous pourrez traverser votre histoire; Centre culturel du Vieux Presbytère, Église, Cimetière. À quelques pas de là, vous pourrez découvrir les expositions de la Grange à dîme, dans laquelle les curés d'autrefois prenaient soin d'engranger les denrées offertes à titre de dîme.


Durant la période estivale, la population augmente facilement de 10%. Plusieurs personnes provenant de l'extérieur y possèdent des résidences secondaires ou des chalets. De plus, la municipalité compte sur son territoire, plusieurs établissements d'hébergement pouvant convenir à tous les types de vacanciers ( hôtels, motels, gîtes, résidences de tourisme et campings).


Le savoir-faire? Facile à trouver! Pour une petite localité comme la nôtre, il est impressionnant de voir la quantité de commerces implantés. On y retrouve de tout. Boutiques remplies de produits locaux, bureau de poste, garages, poissonneries, salons de coiffure,  services horticoles et de santé. La vie agraire est également très développée. On compte plus d'une vingtaine de producteurs bovins, laitiers et maraîchers. À elles seules, les exploitations agricoles représentent près d'un tiers de la superficie du territoire flavien.

Sainte-Flavie est une municipalité des plus dynamiques. Une vingtaine de comités s’affaire à la garder bien vivante. Chacune des sphères de la société y   est représentée   : culture, développement, famille, sport, environnement, spiritualité... Pour ce qui est des réalisations municipales, il y a de quoi être fiers! Nous sommes les premiers à avoir adopté une politique familiale dans la MRC de La Mitis. Nous avons également contribué de façon significative à la réalisation du projet de construction de la villa Vents et Marées, résidence pour personnes âgées autonomes.  À l'heure actuelle, la réfection du vieux quai est débutée. Véritable joyau en plein cœur du village, ce dernier nécessitait des travaux majeurs afin de le remettre dans son état original.  Pour les années à venir, d'autres projets seront à réaliser.  C'est à suivre...

 
À hier...

 

Anciennement, le territoire de la municipalité couvrait une superficie beaucoup plus grande, s'étendant de Sainte-Luce à Métis et jusqu'à six rangs de profondeur. En 1696, Frontenac, vice-roi de la Nouvelle-France, cédait le territoire en une seigneurie à Louis Lepage et à Gabriel Thibierge. Ce dernier s'étendait alors de la seigneurie Lessard jusqu'au fief Pachot. Aujourd'hui, on y retrouve les municipalités de Saint-Octave-de-Métis, de Saint-Joseph-de-Lepage, de Mont-Joli, de Price et de Saint-Jean-Baptiste. Le territoire couvrait aussi une partie de Saint-Donat et de Sainte-Angèle.

Cependant, le développement démographique de la seigneurie fut long et progressif. Les seigneurs Lepage et Thibierge semblaient avoir peu d'intérêt à défricher les terres. Ils se contentaient surtout de chasse et de pêche. La seigneurie passa entre les mains du riche marchand Joseph Drapeau en 1790 et à sa mort, elle fut transmise à sa femme, Marie-Geneviève Noël et à ses trois filles; Luce-Gertrude, Angélique-Flavie et Louise-Angèle.


Capture eglise archiveProfitant de l'élan de création de paroisses de l'Évêché de Québec, les habitants de ce qui allait devenir Sainte-Flavie réclamèrent leur paroisse et finirent par l'obtenir en 1829. On désigna la paroisse de Sainte-Flavie en l'honneur de la coseigneuresse Flavie Drapeau et à la mémoire de Flavie Domitilla, une martyre romaine du 1er siècle après Jésus-Christ. Mais ce ne fut que le point de départ d'un dur labeur nécessaire à l'implantation de la communauté.

 

Enfin, à l'été 1850, on construisit la première église en bois. Puis en 1853, au grand bonheur du curé, on construisit le presbytère tel qu'on peut le voir aujourd'hui. L'église en bois fut vendue en 1890 à la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes de Mont-Joli. Les habitants de Sainte-Flavie voulaient une église en pierre et après en avoir fait la demande auprès de l'Évêque et après avoir établi les plans et devis, on entamait la construction. Toutefois, la première célébration ne devait avoir lieu seulement que 11 ans après le début des travaux qui prirent fin en 1884. Enfin, en 1948, un feu ravagea l'édifice religieux au grand malheur de la population. Immédiatement, on entama la construction d'une troisième église, celle qui existe actuellement.


QuaiAu début des années 1930, on construisit un quai autour duquel la pêche commerciale et sportive se côtoyèrent pendant un certain temps. De nos jours, ce dernier est utilisé uniquement pour le plaisir. Jusqu'à récemment, les habitants de Sainte-Flavie vivaient surtout d'agriculture, de pêche et de forêt. Au fil du temps, l'économie flavienne s'est plutôt orientée vers l'industrie des services et du tourisme.